Un nombre record de véhicules électriques immatriculés au Canada en 2021

De plus en plus de gens cherchent ce type de véhicules.

Les Autos

Même si les véhicules sont moins populaires ici qu'en Europe, ils connaissent une hausse croissante au pays. Le Canada a d'ailleurs enregistré un record en 2021, rapporte la Presse canadienne

Ainsi, ce sont plus de 65 000 nouveaux véhicules électriques ou hybrides qui ont été immatriculés entre janvier et septembre 2021, d'après les données de Statistique Canada. En comparaison, seuls 38 000 véhicules de la sorte avaient été immatriculés l'année précédente. 

En seulement 9 mois en 2021, le nombre de nouvelles immatriculations de véhicules électriques a dépassé le total enregistré en 2020. 

Toutefois, ils ne comptent encore que pour 5 % des immatriculations de voitures de particuliers, soit bien en dessous de l'objectif établi par Ottawa d'une immatriculation sur deux d'ici 2030 et 100 % des immatriculations 5 ans plus tard.

Cela comprend les voitures à batterie, les hybrides rechargeables et ceux à pile à combustible à hydrogène.

La croissance au Canada est réjouissante, mais est loin de suivre celle de l'Europe, estime Joanna Kyriazis, gestionnaire de programme chez Clean Energy Canada.

Elle rappelle qu'il y a deux ans, les parts de marché au Canada étaient égales à celles en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Or, les immatriculations électriques dans ces pays étaient de loin supérieures à celles au Canada l'année dernière, soit 17 % au Royaume-Uni et en France et plus de 25 % en Allemagne. 

« Ils ont donc commencé au même endroit que le Canada en 2019 et en deux ans, ils ont vu les ventes monter en flèche », observe Mme Kyriazis en entrevue avec la Presse canadienne.

« J'espère donc que le Canada est sur le point de connaître le même type de croissance exponentielle des ventes de véhicules électriques si nous pouvons contourner les problèmes d'approvisionnement », poursuit-elle. 

Elle observe que la demande est forte au Canada, spécialement avec l'explosion du prix de l'essence. Toutefois, la pénurie de véhicules freine le mouvement.

« Les faibles niveaux d'inventaire font que les concessionnaires ne peuvent pas suivre et les conducteurs canadiens attendent non seulement des mois, mais dans certains cas des années, pour mettre la main sur un nouveau véhicule électrique », a-t-elle expliqué.