Un couple vit un véritable cauchemar après avoir acheté une voiture sur Marketplace

« On pensait faire affaire avec des gens honnêtes, mais non »

Les Autos

Un couple regrettera très longtemps l'achat d'un véhicule qui était vendu sur Marketplace, la plateforme de vente de Facebook.

Juan Carlos Berreondo Urizar a expliqué à TVA Nouvelles qu'il a dû économiser plusieurs années avec sa conjointe afin que le couple soit en mesure de s'offrir un véhicule au prix de 8500 $: "Ça fait trois ans qu’on mettait de l’argent de côté et toutes nos économies partent d’un coup. On pensait faire affaire avec des gens honnêtes, mais non".

Tout a débuté après que le couple ait repéré sur Marketplace un Dodge Caravan 2016 lors du temps des Fêtes.

Le couple a aussitôt contacté le vendeur et celui-ci a informé les deux intéressés comme quoi le véhicule se trouvait à Saint-Hubert, sur la Rive-Sud de Montréal.

Juan Carlos Berreondo Urizar et sa conjointe ont pu faire un essai routier qui s'est avéré concluant, puis le couple a remis un dépôt de 500 $ afin de réserver le véhicule. Par la suite, un garagiste a pratiqué une inspection mécanique qui a révélé que le véhicule était en bon état.

Or, c'est au moment de la transaction que les choses ont pris une autre tournure. Alors que le couple avait en sa possession une procuration du vendeur, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a informé les deux acheteurs que le propriétaire du véhicule enregistré au dossier n’est pas le même que le nom du vendeur sur la procuration, rendant le tout invalide.

Selon ce qu'a indiqué Juan Carlos Berreondo Urizar, le véhicule serait enregistré au nom de la Saskatchewan Government Insurance (SGI): "On a tenté à plusieurs reprises de parler avec le vendeur pour essayer de corriger la situation et nous faire rembourser, mais un moment donné, il a cessé de nous répondre. On ne sait plus quoi faire."

Du côté de la police, celle-ci ne semble pas prendre cette histoire au sérieux.

Après avoir constaté qu'aucune aide ne semblait s'offrir au couple, la conjointe de Juan Carlos Berreondo Urizar, Evelyn Domingo a finalement décidé d'entrer en contact avec les médias afin de dénoncer la situation.

Le couple a appris par la suite que le véhicule avait été accidenté à neuf reprises entre janvier 2018 et février 2021. Ces dommages ont été évalués chaque fois entre 4000 $ et 8100 $, alors que la dernière fois, le véhicule avait été déclaré comme étant une perte totale.

D'ailleurs, un porte-parole de la SGI a confirmé que la société d'État n'est plus propriétaire du Dodge en question. Selon le porte-parole, le véhicule aurait été vendu à un acheteur québécois dans une enchère pour la somme de 1576 $ en mai: "Il se peut que le nouveau propriétaire n’ait pas immatriculé le véhicule au Québec après l’avoir acheté, et c’est pourquoi il est toujours répertorié comme immatriculé à la SGI."

L'un des deux vendeurs du véhicule, Charalambos Bitzanis, a expliqué au Journal de Montréal que le véhicule a été acheté par son frère Adam, mais que c'était lui qui avait réparé le véhicule: "J’ai passé toutes les inspections. [...] Je ne comprends pas pourquoi il faudrait qu’il mette le véhicule à son nom. On a acheté une auto à Ottawa l’été passé, je ne l’ai pas mise à mon nom et j’ai réussi à la vendre. [...] Tout ce que Québec veut, c’est “collecter” l’argent de cette taxe. C’est ridicule [...] Je souhaite pouvoir les aider, mais je ne sais pas quoi faire."