On s'enligne vers la pire saison des nids-de-poule à Montréal

Faites attention où vous roulez

Les Autos

Étant donné les nombreuses variations du mercure cet hiver, la saison des nids-de-poule à Montréal risque d'être l'une des pires pour les automobilistes, prévoit Météo Média

Selon le porte-parole administratif de la Ville de Montréal, Philippe Sabourin, en entrevue avec Météo Média, la métropole est passée de 175 000 à 60 000 nids-de-poule en 3 ans. 

« C’est donc en décroissance, mais cette année, la météo a été tellement difficile que je me doute qu’on aura plus de nids-de-poule que durant les dernières années », prévient M. Sabourin. 

En cause, la météo. « On a eu plusieurs fluctuations de température. On est passé de -20 °C jusqu’à des températures au-dessus de 0 °C et vice versa à plusieurs reprises. En plus, de nombreux systèmes dépressionnaires ont amené tantôt de la pluie, tantôt des tempêtes de neige », précise Réjean Ouimet, présentateur et météorologue à MétéoMédia. 

D'ailleurs, les cinq opérations de déneigement cet hiver ont contribué à abîmer les routes, ajoute-t-il.

Photo : Capture d'écran - Météo Média

Et en février dernier, ce sont dix cycles de gel et de dégel qui se sont produits, d'après M. Sabourin. 

« On a eu deux fois plus de journées de pluie et trois fois plus d’eau en termes de quantité », fait-il savoir. 

La Ville de Montréal encourage d'ailleurs les citoyens à l'avertir de tout nid-de-poule qui pourrait poser problème.