Enfant frappé dans un délit de fuite: le conducteur pourrait ne pas avoir vu l'enfant

L'enfant était à vélo lorsqu'il a été heurté par un véhicule

Les Autos

Un enfant qui circulait à vélo a été heurté par un conducteur qui a pris la fuite.

C'est mardi soir, vers 17 h, qu'un enfant a été heurté par un conducteur à l'intersection de la rue Saint-Cyrille et de l'avenue Saint-Louis.

Des témoins qui ont assisté à la scène ont expliqué aux policiers de la Sûreté du Québec (SQ) que l'enfant a chuté de son vélo lors de l'impact.

Jennifer Gauthier, une mère de famille du quartier, a déclaré: «J’ai vu un truck dumpeur et après je suis restée avec le petit. Il a été vraiment brave. [...] J’ai juste vu une boîte verte en métal. Je l’ai entendu crier "il m’a frappé, il m’a frappé." »

Comme l'a souligné la témoin, le conducteur n'a même pas daigné s'arrêter après la collision: «Peut-être qu’il était chaud, peut-être qu’il avait fumé du pot. Peut-être qu’il n’a pas fait son stop ou qu’il était distrait au téléphone ? »

Un autre témoin qui était sur les lieux, Sébastien Busque, a fait remarquer pour sa part qu'il est pratiquement impossible que le conducteur ne se soit pas aperçu de l'impact: «Surtout que la roue a plié. C’est inhumain. »

Marie-Josée Boily, une femme qui habite à proximité de l'intersection où l'accident s'est produit, a confié au Journal de Québec que l'enfant était en douleur: «Il se lamentait. J’ai ramassé le vélo. Il avait des blessures à une jambe. C’est impossible que le conducteur ne se soit pas aperçu qu’il venait de frapper quelqu’un. On frappe un petit écureuil et on le sent bien. J’espère juste qu’ils vont trouver la personne qui a fait ça. »

Les agents de la SQ ont retrouvé le véhicule du conducteur vers 21 h 30 et une expertise sera effectuée afin de vérifier si un bris mécanique pouvait être en cause.

Le conducteur du véhicule a été retrouvé quelques minutes plus tard par la SQ. L'homme d'une vingtaine d'années a été interrogé, puis il a été officiellement arrêté.

Le conducteur a pu retrouver sa liberté, mais il devra respecter certaines conditions, en plus de respecter sa promesse de comparaître au palais de justice de Québec le 5 octobre prochain.

L'employeur du conducteur a réagi à son arrestation en déclarant qu'il était plausible que le jeune homme n'ait pas eu connaissance de l'impact: «Il était en pleine possession de ses moyens. Il n’y a pas de marque à l’endroit de l’impact et c’est un gros camion avec beaucoup d’outillage alors c’est bruyant lors des déplacements. [...] Je ne veux pas me mouiller. Je dis seulement que c’est possible et je lui laisse le bénéfice du doute.»

Tout en faisant remarquer que c'est le jeune conducteur qui est allé à la rencontre des policiers, l'employeur a ajouté: «Je n’ai pas de nouvelle depuis. Il est à mon emploi depuis six mois. Je n’ai pas d’attachement personnel envers lui et j’ignore ce que je vais faire. J’ai bâti la compagnie et je veux continuer.»

Enfin, les autorités ont assuré que la vie de l'enfant n'est pas menacée, et ce, même s'il a subi de graves blessures.